La tétine, plus qu’un analgésique

Sucette et aussi tétine (idiote, mannequin, fictive). Ce langage clarifie ce qu’une sucette signifie pour un bébé et son instinct naturel de succion. Sa capacité à détendre un enfant agité ne fait aucun doute : il calme ses pleurs, l’aide à s’endormir et réduit le stress et la douleur face à des interventions désagréables, comme une prise de sang, ou pendant les coliques habituelles et redoutées du bébé. Mais l’Association Espagnole de Pédiatrie (AEP) dit à Correo Farmacéutico que ses principaux avantages sont autres : il a été démontré que la sucette réduit le séjour des prématurés dans les hôpitaux et le risque de mort subite du nourrisson.

Le PEA définit le syndrome de mort subite du nourrisson comme la mort subite d’un enfant de moins d’un an dont la cause ne peut être expliquée après une enquête approfondie. Mettre le bébé sur le dos est peut-être le facteur de protection le plus connu. L’utilisation de la tétine pendant le sommeil, qu’elle soit nocturne ou diurne, en est une autre.

Cette réduction du risque de mort subite se produit parce que la sucette favorise le bon positionnement de la langue et de la respiration et l’empêche d’obstruer les voies respiratoires.

Chez les enfants nourris par sonde nasogastrique, la sucette, en stimulant la succion et la déglutition, peut faciliter le passage à la lactation. De plus, chez les prématurés, son utilisation a été associée à un gain de poids plus important, à un meilleur transit intestinal et à un congé plus précoce de l’hôpital.

A tous ces bienfaits, Irene González Orts, porte-parole de la Société Espagnole de Pharmacie Familiale et Communautaire (Sefac), ajoute qu’il convient d’encourager leur utilisation chez les enfants ayant une habitude de forte aspiration pour éviter le recours au doigt. « Il sera toujours plus facile d’enlever la sucette que d’empêcher le pouce de sucer. »

Otite et problèmes dentaires

Tout n’est pas un avantage ; les inconvénients des sucettes comprennent l’interférence avec l’allaitement, un risque accru d’otite et des problèmes dentaires.

La position de la bouche lors de la succion d’une tétine ou d’un mamelon n’est pas la même et, par conséquent, chez les enfants allaités, le pédiatre et Mercedes de la Torre, membre de l’AEP, recommande de ne pas offrir la suce avant que l’allaitement soit bien établi, habituellement un mois de vie. Chez les enfants nourris au lait maternisé, « les sucettes peuvent et doivent être utilisées dès les premiers jours de vie, car le risque de mort subite est plus élevé chez ces bébés.

À l’âge d’un an, l’AEP et l’American Academy of Pediatrics plaident en faveur de sa retraite. « Le syndrome de mort subite est exceptionnel au-delà de cet âge, de sorte qu’à partir de cet âge, il n’a plus d’avantage évident et peut augmenter le risque d’otite moyenne « , dit De la Torre.

Une visite dans n’importe quelle crèche espagnole montre rapidement que de nombreux enfants de plus de douze mois sont encore attachés à la tétine. González Orts souligne que de nombreux guides imposent une limite de deux ans. A partir de cet âge, « l’utilisation de sucettes est associée à des problèmes dentaires, tels que la malposition et l’altération de la morsure », prévient De la Torre.

Latex et silicone

Au-delà de leur aspect esthétique, il existe sur le marché deux matériaux de base pour sucettes : le latex classique et le silicone, et trois formes de tétines de base : ronde, anatomique et symétrique. « Tous ceux qui existent sur le marché peuvent être utilisés sans problème, mais dans de nombreux cas, les plus recommandés sont l’anatomie « , dit le pharmacien.

Contrairement au latex, le silicone est un matériau synthétique, transparent, plus rigide et donc moins résistant aux morsures et aux déchirures. Mais il est également plus propre, n’absorbe pas les odeurs et les saveurs, ne se déforme pas et résiste mieux aux températures élevées atteintes par les stérilisateurs. « Le latex est inutilisé en raison du risque d’allergies, mais d’un autre côté, il est plus difficile de voir quand la sucette en silicone est en mauvais état « , explique González Orts. Pour cette raison, corrobore De la Torre, certains pédiatres recommandent de passer au latex avec l’éruption des premières dents.

En tout cas les sucettes ne sont pas éternelles et si elles sont utilisées de façon habituelle, González Orts recommande de les changer tous les deux ou trois mois. « Il est nécessaire de vérifier régulièrement leur état et de les remplacer en cas de modification de leur consistance, de fissure, de trou ou de tout autre signe de détérioration « , conseille De la Torre.

Pour les conserver, il suffit d’utiliser de l’eau et du savon pour les laver et les conserver dans un endroit propre et sec, à l’abri de la chaleur et de la poussière. « Dans le cas des bébés de moins d’un mois, il est recommandé de stériliser après le nettoyage « , note González Orts.

Cependant, un autre système de lavage moins orthodoxe, où les parents sucent les sucettes avant de les offrir à leurs enfants, peut les protéger des allergies. En 2013, des chercheurs suédois de l’Université de Göteborg ont analysé la corrélation entre cette habitude et les allergies au cours des six premiers mois de la vie. On a constaté que la salive de leurs parents était capable de protéger leurs enfants au point qu’ils avaient trois fois moins d’allergies que les autres.

Retrait de la tétine

Mais soudain, un jour vient où les parents décident que cet inséparable compagnon, qui lui a transmis la paix au milieu d’une crise de colère et a facilité sa transition vers le sommeil, doit abandonner la vie de l’enfant. Le site web de l’Association Espagnole de Pédiatrie de Soins Primaires (Aepap) offre quelques recommandations pour rendre ce processus aussi indolore que possible, mais précise qu' »il n’existe pas de technique claire pour arrêter d’utiliser la tétine ».

L’association recommande de ne pas réprimander ou punir l’enfant pour l’utilisation de la sucette, mais au contraire de le féliciter lorsqu’il cesse de l’utiliser. « En plus, quand il verra les autres enfants arrêter de l’utiliser, il fera pareil. » Ils soulignent qu’une première étape pourrait être de limiter son utilisation au coucher ou dans des situations de tension émotionnelle. « Une fois cette phase terminée, nous procéderons au retrait définitif. »

Cependant, tous les enfants ne passeront pas par ce processus, soit parce que leurs parents ne sont pas en faveur de la sucette, soit parce qu’ils les rejettent eux-mêmes, même s’ils sont les moins nombreux, est-il valorisant d’insister pour qu’ils l’utilisent ? Les experts s’entendent pour dire que cela n’a pas beaucoup de sens. « Il n’est pas conseillé de forcer le bébé à utiliser une sucette, dit le pharmacien. « Oui, il est possible qu’ils soient conseillés dans le cas où l’habitude de sucer vous fait sucer votre doigt et qu’il faille insister un peu, mais sans vous accabler « , conclut-il.

Blessures et asphyxie, dangers inconnus et anecdotiques

Bien que plus méconnue, et heureusement peu fréquente, l’utilisation de sucettes comporte un risque de blessure, voire de suffocation, se souvient Mercedes de la Torre, porte-parole de l’AEP et responsable de l’unité d’urgence de l’hôpital pour enfants Niño Jesús à Madrid. L’expert explique que selon les informations de la base de données de la Commission européenne sur les accidents (European Injury Database), « chaque année, dans les 28 Etats membres de l’Union européenne, il y a environ 44 enfants de 0 à 4 ans blessés par des sucettes, qui sont suffisamment graves pour devoir aller aux urgences ».

Le pédiatre explique que toutes les sucettes sur le marché sont valables pour les enfants et qu’il n’est pas nécessaire de changer de modèle à mesure que l’enfant grandit, pour autant qu’elles soient conformes à la norme européenne EN 1400:2002. Les broches et le risque d’asphyxie qui en résulte, qui doivent être conformes à la norme EN 12586:2011, constituent un autre problème.

A cet égard, les principales recommandations de sécurité pour les sucettes et les broches sont :

  • Les sucettes doivent être suffisamment solides pour éviter qu’elles ne se séparent en petites parties avec lesquelles l’enfant pourrait s’étouffer ou suffoquer. Ils ne devraient pas non plus porter d’autocollants ou d’étiquettes.
  • Vous ne devriez pas acheter une sucette avec une chaîne ou un ruban adhésif, car si elle est longue, elle risque de s’étrangler. « Ne jamais accrocher la sucette à un ruban autour du cou. »
  • Les tétines à corde courte avec une pince attachée aux vêtements de l’enfant sont moins risquées. Cependant, les pinces à épiler peuvent aussi se détacher de vos vêtements et vous faire suffoquer.
  • Le disque où le trayon est ancré doit avoir des trous de ventilation.