La qualité, l’artisanat, le design et l’innovation sont les clés essentielles de la chaussure de luxe. Qualité, design et confort. Telles devraient être les trois clés principales de toute chaussure, mais dans le monde du luxe, ce triangle devient essentiel comme garantie de succès pour une entreprise. Le pari infaillible est et sera toujours celui d’opter pour une chaussure sur mesure mais il y a des maisons dont le travail des matériaux et des formes artisanales fait que le processus de mise en place de modèles que rien n’a à envier à ceux réalisés depuis zéro pour chacun.

On pourrait citer des dizaines de marques internationalement reconnues qui travaillent dans ce domaine bien qu’elles ne soient pas connues du grand public, mais ce sont quelques-unes des plus remarquables pour avoir su allier histoire et innovation :

George Cleverley

Jusqu’en 1991, année de sa mort à l’âge de 93 ans, il a travaillé sans relâche. Ce maître a été formé dans diverses usines et cordonniers jusqu’à ce qu’il soit encouragé à ouvrir sa propre entreprise en 1958. C’est alors que la réputation de George Cleverly dans l’entreprise est devenue perceptible, en particulier après qu’il a conçu une chaussure à pointe biseautée qui a reçu son nom de famille en guise de dénomination.

A la mort de son créateur, c’est George Glasgow et son fils qui ont repris la direction d’une entreprise familiale de style britannique dans laquelle tout le personnel passerait par une période d’apprentissage de 3 à 5 ans pour assurer le maintien constant du style et de la qualité.

Parmi les curiosités les plus marquantes de son programme d’études figure, par exemple, le fait qu’il était la maison exclusivement responsable des chaussures figurant dans les deux films mettant en vedette Colin Firth, “Kingsman”.

Un Deccannoveventitre

L’autodidacte Simone Cecchetto est le concepteur derrière cette entreprise italienne qui reçoit l’homme de la conjonction de l’initiale du nom et l’année de naissance de sa grand-mère Augusta, A1923 : A Diciannoveventitre. Il a commencé comme chaussure expérimentale suivant le principe de la philosophie japonaise wabi-sabi-sabi qui passe en embrassant les imperfections et les irrégularités naturelles et dans cette ligne a continué à travailler.

Toutes les pièces sont faites à la main en profitant de l’unicité du cuir et le résultat est des chaussures en cuir faites à la main avec un air contemporain grâce au jeu d’effets vieillis ou d’applications métalliques avec lesquelles ils sont créés des bottes particulièrement relaxantes des plus spéciales. Leurs prix varient entre 1 000 et 3 500 euros.

Guidi

Dans une ligne très similaire à A Diciannoveventitrese se déplace Guidi, une entreprise dans laquelle les dessins traditionnels sont mélangés avec des finitions polies et des détails vieillis pour donner naissance à des collections à base de briseur d’esprit cuir.

Elle a été fondée par les tanneurs Giovanni Rosellini et Gino Ulivo en 1896 avec siège en Toscane, Italie et ont le respect pour le matériel et le rejet de la production de masse comme maximes qu’ils manipulent. Un héritage qui est resté intact car il s’est transmis d’une génération à l’autre dans la famille sans se perdre.

Sebastian Tarek

Sebastian Tarek fait partie de cette longue liste de cordonniers londoniens dont les débuts remontent au début du siècle dernier. De l’entreprise, ils travaillent seuls sur tous les aspects du processus qui implique la création de la chaussure sur mesure, du premier calcul de la longueur jusqu’au dernier point de couture.

Chaque paire est entièrement faite à la main et est conçue au goût et à la taille de chaque client pour environ 1000 livres. De plus, dans certains magasins multitâches, il existe une petite collection semi-adaptée qui, bien que vos chaussures ne soient pas fabriquées spécifiquement, vous permet de ressentir une sensation similaire de qualité et de confort sur une plus petite échelle de temps.

Santoni

La qualité, la passion du détail et la rigueur du travail sont les trois piliers sur lesquels cette maison “Pure Made in Italy” a été construite depuis sa création en 1975. Santoni a réussi à combiner avec succès la capacité de fabriquer des chaussures sur mesure avec l’évolution de la recherche et du design pour donner naissance à des modèles qui maintiennent l’excellence italienne qu’ils recherchent tant.

Disponible dans les magasins du monde entier, c’est l’une des marques les plus prestigieuses du monde de la chaussure.

Magnanni

Ne pas confondre son nom parce que cette marque de chaussures a son origine dans Almansa. Tout a commencé dans un petit atelier où ils ont créé des chaussures pour hommes sous le nom de Blangar qui, héritées du fils du fondateur, ont voulu profiter du savoir-faire de la maison en l’orientant vers le monde du luxe avec une nomenclature différente qui pourrait être plus commerciale à l’étranger.

C’est alors que Magnanni commencera à voyager autour du monde à la recherche de l’inspiration pour une équipe de 450 artisans qui fabriquent des chaussures en Espagne et que l’on trouve dans les coins les plus exclusifs de la planète.

Bally*

1851 est la date à laquelle Franz Bally fonda en Suisse une entreprise dont l’objectif était de créer des chaussures exquises avec un sens aigu de la fonctionnalité à partir des meilleurs cuirs.

20 ans plus tard, Bally est déjà l’un des principaux cordonniers européens grâce à l’incorporation de machines importées des USA, titre qu’il consolide aujourd’hui et auquel il a également intégré la création de petites collections de vêtements et accessoires.

Il offre également la possibilité de créer votre propre design à partir de 340 combinaisons possibles basées sur les matériaux, les styles, les semelles et les couleurs pour répondre au mieux à vos goûts et besoins.

Edward Green

Le style anglais se reflète parfaitement dans cette maison qui promet que chaque paire est fabriquée dans son atelier de Northampton selon les mêmes principes qui les ont guidés pendant plus d’un siècle.

60 artisans fabriquent environ 350 paires de chaussures par semaine, dont la plupart sont exportées vers les magasins de l’entreprise dans le pays ainsi que dans les grands magasins du monde entier, physiquement et en ligne.

L’objectif d’Edward Green est que chacun des mannequins mérite de porter son étiquette pour continuer à habiller des hommes élégants qui veulent faire une différence comme l’ont fait deux des clients vip de la maison, le duc de Windsor et Ernest Hemingway.

John Lobb

Dans les East Midlands se trouve également le siège de cet artisan de la chaussure masculine, à qui l’on attribue la naissance de la botte telle que nous la connaissons aujourd’hui, afin que les prospecteurs d’or puissent cacher les pépites qu’ils ont trouvées dans la zone du talon.

Jusqu’à 200 phases peuvent nécessiter une seule chaussure à partir du moment où elle est conçue jusqu’au moment où elle est mise en vente, ce qui signifie qu’ils créent habituellement environ 100 modèles par jour.

Crocodile, autruche, lézard ou bovin de la meilleure qualité sont les matériaux avec lesquels ils travaillent chez John Lobb, dont les modèles reçoivent le nom de certains des clients les plus célèbres qui les ont portés en quelque occasion comme par exemple le Prince de Galles.

Buscemi

Contrairement aux autres entreprises, celle-ci n’est pas centenaire et n’est pas basée sur la recherche d’une chaussure raffinée et distinguée. Buscemi est une marque américaine basée aux Etats-Unis, née en 2013 avec l’idée d’apporter la qualité et l’artisanat au style urbain le plus révolutionnaire.

C’est ainsi que naissent à Civitanova, en Italie, ces pantoufles faites à la main, avec les meilleurs cuirs et des ornements haut de gamme, comme des serrures en or 18 carats, des bords peints à la main et l’application de points qui peuvent prendre jusqu’à 24 heures pour se monter.

Noter cet article