Ces dernières années, l’essor du fast-fashion commence à être terni par ses dessous toxiques. En effet, l’ONG Greenpeace relate en 2012 la présence, dans la majorité des vêtements, des éléments perturbateurs endocriniens, et des produits cancérogènes. Ces polluants sont dangereux, non seulement pour les consommateurs, mais également pour les ouvriers ainsi que les riverains des industries de production de vêtements. De ce fait, la question de mode éco-responsable devient un sujet d’actualité. La question qui se pose est alors de savoir : pourquoi opter pour des vêtements éthiques, écologiques, éthiques, et équitables ? Découvrez les éléments de réponse dans cet article.

Les nouveaux défis en matière de mode

La société est actuellement en pleine transition. De nouveaux défis s’imposent en vue de la préservation de l’environnement. À cela s’ajoutent les questions de l’équité, de la justice sociale ainsi que du développement économique. Vu que l’industrie textile se place en deuxième position dans la pollution de l’environnement après l’industrie pétrolière, elle figure donc parmi les plus concernés de ces grands défis.

Avec le phénomène de fast-fashion, l’enchaînement des collections devient de plus en plus rapide. Les producteurs ont tendance à inciter les consommateurs à toujours consommer plus.

Quel est l’objectif de la mode éco-responsable ?

Le principal objectif de la mode éco-responsable, c’est de réduire le gaspillage des ressources et de conserver l’environnement vis-à-vis du changement climatique. L’une des solutions garantissant l’atteinte d’un tel objectif, c’est la transparence. Il faut informer le consommateur sur l’origine des produits qu’il se procure. D’autres solutions éco-responsables existent, telles que la favorisation de la fabrication locale, afin de limiter les dégâts environnementaux causés par les transports. Enfin, la production textile doit se baser sur le principe : « Les vêtements ne se jettent pas, ils se transforment. ». Autrement dit, les fabricants doivent favoriser le recyclage, afin de limiter la surconsommation des ressources naturelles.

La mode éco-responsable englobe autant de notions différentes. On peut souvent parler de mode éthique, de mode durable, de mode responsable, de mode circulaire, de slow fashion, de mode équitable ou encore de mode végan.

La mode éthique : c’est quoi ?

La notion d’éthique peut également s’imposer en mode. Cela consiste, par exemple, à assurer de bonnes conditions de travail aux ouvriers textiles, notamment en termes de sécurité des bâtiments, des horaires, de la rémunération et du respect de leurs droits, etc. Est également concerné par cette mode éthique le processus de fabrication et de distribution des vêtements. En effet, l’industrie textile doit se soucier de l’impact environnemental de ses opérations. Elle doit en même temps assurer de pratiquer un prix juste et créer un produit de qualité.

La mode équitable

Cette valeur consiste à travailler d’une manière solidaire avec les gens défavorisés. Cela peut se traduire par l’application effective d’une rémunération juste et équitable au profit des travailleurs. Il faut également que l’activité soit un levier de développement pour la communauté.

Des critères existent pour revendiquer des achats en mode éthique. Il s’agit d’abord de l’aspect environnemental de la mode. Cela concerne la maitrise, la réduction et l’élimination des produits toxiques, tels que les pesticides, les colorants, etc., ainsi que le recyclage des déchets de l’industrie textile.

L’achat en mode éthique doit également prendre en compte l’aspect écologique (développement des matières bio, le développement des technologies alternatives, etc.),  l’aspect économique (développement des filières de recyclage, développement de l’économie circulaire, etc.), l’aspect social (respect du droit humain au travail, amélioration des conditions de travail, etc.), et l’aspect sociétal (commerce équitable, éthique et cause animale, etc.). Dans le cadre d’une mode éthique, la responsabilité des entreprises, ainsi que des consommateurs s’imposent.

La mode écologique

Celle-ci prône des matières naturelles, biologiques, biodégradables, recyclées, upcyclées, etc. La mode écologique exige également des conditions de production moins polluantes, la limitation ou la suppression des produits toxiques, la réduction de l’impact carbone, la favorisation de la production locale, la fabrication zéro-déchet, etc. Vous venez de découvrir que cette valeur repose principalement sur le respect de l’environnement. Elle a également comme objectif d’assurer une meilleure santé pour l’homme.

Il est à souligner que l’impact environnemental des vêtements ne se limite pas uniquement à l’achat. Il s’applique également au cycle lavage-séchage-repassage. Pour un t-shirt, par exemple, ce cycle représente près de 40 % de l’impact environnemental. De ce fait, il est préconisé de prendre soin de ses vêtements après l’achat. Il faut les laver d’une manière consciente. Au cas où l’on ne les porterait plus, il faut penser au recyclage.

Qu’est ce qu’on entend par slow fashion ?

À la différence de fast-fashion, le slow fashion est un terme désignant une marque de mode qui prend le temps de bien faire les choses. Le concept slow fashion prend, par exemple, le temps pour s’interroger sur l’origine du tissu utilisé, ou encore sur la manière dont celui-ci a été produit. L’objectif est plutôt focalisé sur la qualité que sur la quantité. Cela a pour finalité de promouvoir les petites marques, les ateliers, et la fabrication locale qui est plus artisanale.

Les marques de mode éco-responsable

Certains grands groupes, qui ont proposé le phénomène de fast-fashion, se lancent également dans la mode éco-responsable.

En effet, des collections eco-friendly s’offrent aux consommateurs dans les rayons des grandes enseignes de mode, telles que « Join life » chez Zara, « Committed » chez Mango, ou encore « Conscious » pour H&M. La spécificité de ces marques, c’est qu’elles ont fixé la notion éco-responsable comme leur credo. Pour l’Atelier Gaelle Constantini, il met en avant le principe d’upcycling. Autrement dit, les vêtements ne se jettent pas, ils se transforment.

La marque Veja, quant à elle, met sur le marché depuis 2005 des baskets écologiques. Ces derniers sont fabriqués avec des matières premières issues de l’agriculture biologique. Même si l’enseigne n’a consacré aucun budget pour la promotion de leurs produits, ses baskets se vendent très bien.

Pour terminer, Loom Paris est beaucoup plus réticent dans la mode éco-responsable, dans la mesure où l’enseigne se contente d’inciter ses clients à acheter moins. Malgré cela, cette marque française prône le « green washing ».