Bien-être Pourquoi j'ai envie de pleurer sans raison

Pourquoi j’ai envie de pleurer sans raison

La vie est un cycle interminable de hauts et de bas, de joies et de peines. Si elle est belle et qu’il faut en profiter, puisque la vie est aussi courte, tout n’est pas toujours tout beau et tout rose. Si la vie nous offre son lot de bonheur et de plénitude, il y a des passages à vide durant lesquels on ne comprend pas bien pourquoi on se sent triste et fatigué, et pourquoi on en vient à pleurer sans raison apparente. Ressentir des émotions fait naturellement partie de l’expérience humaine. La joie, la colère, la peine, toutes ces émotions sont des réactions du cerveau aux événements de la vie, et sont parfaitement naturelles. Il y a des moments où même la colère, que nombreux jugent mal placée ou parfois inappropriée, est un réflexe sain et justifié. Quoiqu’il en soit, toutes ces émotions jouent un rôle capital dans notre bien-être global. Mais, à partir du moment où l’on sent que l’on a envie de craquer, que les larmes montent et coulent pour aucune raison, il est bon de se poser les bonnes questions. Si pleurer est universel et peut survenir n’importe où, n’importe quand, les larmes sont bonnes pour la santé, car d’une part, elles protègent les yeux, et d’autre part, nous permettent d’évacuer des émotions fortes. Il n’y a pas de standard bien défini sur le nombre bénéfique de larmes à verser, car tout le monde est différent, mais il est important de surveiller vos habitudes et de faire attention à votre état émotionnel. De fait, il arrive parfois que les raisons pour lesquelles vous pleurez ou vous ne pouvez vous arrêter de pleurer vous soient totalement inconnues, et d’autres fois où vous mettez du temps à réaliser combien vous avez versé de larmes dernièrement que lorsque vous prenez un peu de recul. Pleurer sans raison et de manière incontrôlée vous donne l’impression que les larmes montent facilement et sont difficiles à calmer et arrêter. Il y a des raisons qui expliquent ces réactions. N’oubliez pas qu’il est important de prendre soin de vous, et de consulter et demander de l’aide si vous en ressentez le besoin.

Pourquoi j’ai envie de pleurer sans raison ? Quelles en sont les causes ?

Il y a encore beaucoup de questions autour des larmes, qui pleure plus, pourquoi, comment surviennent les larmes émotionnelles. Les études menées sur les pleurs et ses effets ont également des failles, car les informations récoltées sont auto-déclarées par les gens qui participent à ces études, rendant les résultats peu cohérents. Pleurer est un outil de communication, qui montre à votre entourage que vous ressentez quelque chose. Chaque personne est différente et peut pleurer plus ou moins suivant sa propre sensibilité et émotivité, et suivant sa capacité à partager ouvertement ses émotions. Les études montrent que généralement les femmes pleurent plus que les hommes. Certes, mais quelles en sont les causes ? Nous allons parcourir les raisons pour lesquelles il arrive que nous pleurions de manière inexplicable.
  • Les hormones Comme les études montrent que les femmes ont tendance à pleurer plus que les hommes, le théorie selon laquelle les hormones jouent un rôle sur notre “manière” de pleurer et nous affectent tous différemment. La testostérone, hormone présente à plus haut taux chez les hommes, empêcherait les larmes de couler, tandis que la prolactine, présente en plus grand nombre chez les femmes, nous inciterait quant à elle à pleurer plus facilement. Les hormones dictent en grande partie la manière dont le corps humain fonctionne et de ce fait, les différents taux hormonaux peuvent être à l’origine d’un large éventail de symptômes. Si un facteur survient et perturbe votre système hormonal de quelque manière que ce soit, comme des troubles du sommeil, le stress ou une prise de médicaments, il se peut qu’en conséquence, cela vous affecte également en vous faisant pleurer plus que d’habitude.
  • La grossesse Attendre un enfant n’est pas une sinécure et pleurer plus pendant la grossesse est un phénomène courant. Des sentiments de joie ou de peine peuvent déclencher pas mal de larmes pendant que vous êtes enceinte. Les raisons derrière ces crises de larmes sont différentes : changements et pics hormonaux, épuisement dû aux changements corporels drastiques, sentiment d’être submergé face aux préparatifs que demande l’arrivée d’un bébé, sans oublier les risques plus grands de devoir faire face à une dépression pendant la grossesse.
  • Accès de pleurs à cause du stress et de l’anxiété Le stress est une réaction normale à certains événements auxquels nous devons faire face dans la vie. Le stress rend le corps et l’esprit plus attentifs à ce qu’il se passe autour de vous. Mais un stress constant peut être la manifestation de troubles anxieux. L’anxiété est un fléau qui vous empêche de faire ce que vous voulez faire et vous gâche complètement la vie. L’anxiété est par définition un trouble émotionnel qui peut avoir un effet sur votre capacité à gérer et contrôler vos émotions. C’est une pathologie éreintante qui soumet le corps à un stress intense et requiert beaucoup d’énergie et de ressources pour être réduite. L’anxiété est également puissante, tellement puissante que le stress qu’elle déclenche des symptômes physiques et mentaux, allant jusqu’à la dépression légère à sévère. Bien que l’anxiété ne conduise pas systématiquement à la dépression, le stress qu’elle engendre dans le cerveau, couplé à un sentiment de panique et de fatigue constante, jouent sur le moral, au point d’être d’humeur maussade et de pleurer beaucoup. Certaines études sur les tendances des crises de larmes chez les adultes montrent leur lien avec l’attachement et la connexion aux autres, et le sentiment de sécurité. Les personnes souffrant d’anxiété ont été plus susceptibles de déclarer que même si pleurer les aide, il leur était impossible de le contrôler. Les personnes affectées par des troubles anxieux ont tendance à pleurer plus et de manière totalement incontrôlée. L’anxiété présente d’autres symptômes : pensées qui défilent, peur et inquiétude excessives, mains moites et accélération du rythme cardiaque, paniques, troubles du sommeil, tension musculaire, troubles de l’attention, troubles digestifs.
  • Épuisement et surmenage Nombre de personnes déclarent avoir tendance à pleurer plus lorsqu’elles sont très fatiguées. Si vous avez remarqué que vous pleurez plus ces derniers temps et que vous manquez également de sommeil, les raisons sont à chercher de ce côté. Prenez le temps de vous reposer. Cela peut demander du temps par ailleurs de récupérer après un manque de sommeil. Les adultes ont besoin de 7 à 9 heures de sommeil par nuit. Ne pas aller dormir à heures régulières a également un impact sur le sommeil et n’aide pas à récupérer, car les hormones naturelles fatiguent le cerveau et ont besoin elles aussi d’un temps de repos. L’anxiété et le stress ayant tendance à fatiguer plus, cela peut également aller de pair. Par contre, vous pouvez complètement être épuisé sans pour autant souffrir de stress ou d’anxiété. Afin de pallier à votre manque de sommeil, annulez vos plans du weekend et profitez-en pour vous reposer, faire une sieste et dormir. Changez vos habitudes et allez dormir à heures régulières, une à deux heures plus tôt tous les soirs pour le restant de la semaine. Si vous éprouvez des difficultés à changer ces habitudes, mettez-vous au lit plus tôt et lisez un livre au calme, téléphone et appareils électroniques éteints. Cela va vous aider à trouver le sommeil plus facilement.
  • Accès de pleurs à cause d’une dépression La dépression est une pathologie médicale qui prend souvent les airs de tristesse, d’épuisement et de colère. Elle se manifeste différemment chez chacun d’entre nous. S’il est parfaitement normal d’être triste de temps à autre, les personnes souffrant de dépression ressentent un sentiment pesant et inexpliqué pendant au minimum deux semaines, voire plus. Il existe nombre de traitements pour soigner la dépression. Elle se présente également sous d’autres symptômes: changements significatifs dans les habitudes alimentaires, perte ou prise de poids, troubles du sommeil, anxiété, irritabilité, pessimisme ou apathie, épuisement ou léthargie, sentiment de culpabilité, incapacité à se concentrer, repli sur soi, perte d’intérêt et de goût, pensées morbides. La dépression peut prendre des formes très variées d’une personne à l’autre. N’hésitez pas à consulter, à en parler, à vous faire suivre médicalement afin de trouver l’aide et de vous sentir mieux.
  • Troubles bipolaires Les troubles bipolaires sont une cause très commune d’accès incontrôlés de pleurs. Egalement appelée maniaco-dépression, le trouble bipolaire se caractérise par des changements et sautes d’humeur extrêmes. Les phases de dépression du trouble bipolaire peuvent s’apparenter à de la dépression, bien qu’il s’agisse d’une pathologie totalement différente. Les personnes atteintes de troubles bipolaires vont aussi connaître des phases de pics d’énergie et d’excitation. Les autres symptômes comprennent : changements d’humeur extrêmes et imprévisibles, impulsivité, irritabilité, accélération du débit de parole et de pensée, besoin de moins de sommeil tout en ne se fatigant pas, folie des grandeurs, hallucinations. Les troubles bipolaires peuvent affecter tout le monde, indépendamment de l’âge, du sexe ou de l’origine ethnique; ils se transmettent de génération en génération, ayant une portée génétique. Des traitements existent.

Comment puis-je faire pour arrêter de pleurer sans raison ?

Quelles solutions existent pour ne plus pleurer sans raison et de manière incontrôlée ? Vous ne devriez pas vous forcer d’arrêter de pleurer, à moins que vous ne l’ayez décidé vous-mêmes. Les larmes nettoient les émotions, elles les purifient. Pleurer a du bon. Il peut aider à relâcher le stress, évacuer la tristesse, même si ce n’est bien évidemment pas toujours le cas. Dépendant de chaque situation, vous êtes le seul à décider si vous voulez pleurer et relâcher la pression, vous laisser aller, ou l’éviter complètement. Cependant, si vous évitez constamment de pleurer, il se peut que vous rencontriez des problèmes à un autre niveau, et il serait bon d’y apporter une attention particulière, ou un examen approfondi. Des études ont montré que les normes sociales et culturelles définissent notre sensibilité et affectent notre manière d’appréhender les larmes. Si vous pleurez, entourez-vous d’un ami qui vous soutiendra et qui vous laissera pleurer sans jugement et sans vous faire sentir coupable ou honteux. Dans ces cas-là, vous avez plus de chances de vous sentir mieux après. Il y a évidemment des situations au cours desquelles vous tenez vraiment à retenir ces larmes. Dans ces cas-là, essayez d’appliquer ces petits conseils:
  • Contrôlez votre respiration, inspirez et expirez calmement;
  • Fermez vos yeux et relaxer les muscles de votre visage, pour faire descendre petit à petit cette boule que vous avez dans la gorge;
  • Essayez de sourire. Se forcer à sourire affecte positivement les émotions, c’est un changement physique bénéfique, qui libère de bonnes ondes, permet au corps de se focaliser sur autre chose et empêche les larmes de couler;
  • Buvez de l’eau;
  • Pensez à quelque chose que vous connaissez par coeur et récitez-le, cela va vous distraire. Une recette, un poème, une chanson, un numéro de téléphone, peu importe, l’idée ici est de se concentrer sur autre chose que sur son envie de pleurer;
  • Regardez quelque chose de relaxant ou d’apaisant;
  • Si vous avez des animaux, allez jouer ou faire un tour avec, ou faites-leur un câlin. C’est très thérapeutique.
Si vous vous sentez trop mal ou submergé, n’hésitez pas à chercher de l’aide. D’abord chez un ami, ou dans la famille, chez quelqu’un de confiance. Confiez-vous, parlez, expliquez ce que vous ressentez, ou profitez tout simplement de la présence apaisante de cette personne, qui est là pour vous. Sortez prendre l’air, aérez-vous l’esprit, changez-vous les idées, faites-vous plaisir. Faites du sport, bougez, l’exercice physique est excellent pour la santé mentale, il vous aide à améliorer votre confiance en vous, dans un premier temps, et libère des endorphines, dans un second temps, qui sont ni plus ni moins que l’hormone du bonheur ! Vous vous sentirez mieux, un état de bien-être et d’extase, et ressentirez une fatigue saine, ce qui vous aidera à mieux dormir la nuit. Nul besoin de courir un marathon, vous pouvez choisir l’exercice de votre choix: danse, natation, yoga, pilates, les possibilités sont nombreuses. N’hésitez pas non plus à aller chercher de l’aide auprès d’un professionnel, médecin, psychologue ou psychiatre. Il n’y a aucune honte à consulter. N’oubliez jamais que votre santé physique et mentale passe avant tout ! Prenez soin de vous.

Partager

Partager

Vous aimerez aussi

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières news made in La Mode C'est Vous!